Logo de la Ville de Nice

Abbaye de Saint-Pons. Chevet

Photographie d'architecture : Abbaye de Saint-Pons. Chevet
Photographie d'architecture :
Abbaye de Saint-Pons. Chevet
Auteur :
Photographie Ville de Nice, Viglietti, septembre 2007
Lieu :
Service du Patrimoine historique de la ville de Nice
Crédit :
Photographie Ville de Nice, Viglietti, septembre 2007
Type :
Photographie d'architecture
Domaine :
Patrimoine bâti
Catégorie :
Vues actuelles
Période :
XVIIIe siècle
Premier martyr niçois, saint Pons aurait été supplicié au IIIe siècle, en un lieu surplombant le Paillon. C’est là qu’est fondée, à l’époque carolingienne (VIIIe siècle), une abbaye bénédictine. On trouve encore aujourd’hui, dans la seconde chapelle ouest de l’église, les fragments d’un tombeau carolingien. Durant toute le Moyen Age, l’abbaye connaît une grande période de rayonnement. C’est notamment sur le parvis de l’église que fut signé en 1388 l’acte de « dédition » de Nice au comte Amédée VII de Savoie. Son déclin commence dès le XVIe siècle pour s’achever avec une bulle du Pape Pie VI qui met un terme à son existence en 1792. En 1860, l’abbaye devient propriété de l’Etat français puis, en 189,8 de la ville de Nice. En 1908, le monastère est transformé en annexe de l’hôpital Saint-Roch. En 1910 débute la construction de l’hôpital Pasteur, tout proche, qui sera inauguré le 6 juin 1937. L’église est, quant à elle, érigée en paroisse et affectée depuis à l’aumônerie de l’hôpital Pasteur. Elle domine désormais le nouveau centre hospitalier « Pasteur 2 » qui a vu le jour en 2015. L’église de style baroque, que l’on voit aujourd’hui, est celle reconstruite entre 1725 et 1743. Elle est classée au titre des monuments historiques (arrêté du 3 mai 1913) ; quant aux façades et toitures de l'abbaye et du cloître, elles ont fait l’objet d’une inscription à l’inventaire supplémentaire par arrêté du 29 décembre 1949.

Premier martyr niçois, saint Pons aurait été supplicié au IIIe siècle, en un lieu surplombant le Paillon. C’est là qu’est fondée, à l’époque carolingienne (VIIIe siècle), une abbaye bénédictine. On trouve encore aujourd’hui, dans la seconde chapelle ouest de l’église, les fragments d’un tombeau carolingien. Durant toute le Moyen Age, l’abbaye connaît une grande période de rayonnement. C’est notamment sur le parvis de l’église que fut signé en 1388 l’acte de « dédition » de Nice au comte Amédée VII de Savoie. Son déclin commence dès le XVIe siècle pour s’achever avec une bulle du Pape Pie VI qui met un terme à son existence en 1792. En 1860, l’abbaye devient propriété de l’Etat français puis, en 189,8 de la ville de Nice. En 1908, le monastère est transformé en annexe de l’hôpital Saint-Roch. En 1910 débute la construction de l’hôpital Pasteur, tout proche, qui sera inauguré le 6 juin 1937. L’église est, quant à elle, érigée en paroisse et affectée depuis à l’aumônerie de l’hôpital Pasteur. Elle domine désormais le nouveau centre hospitalier « Pasteur 2 » qui a vu le jour en 2015. L’église de style baroque, que l’on voit aujourd’hui, est celle reconstruite entre 1725 et 1743. Elle est classée au titre des monuments historiques (arrêté du 3 mai 1913) ; quant aux façades et toitures de l'abbaye et du cloître, elles ont fait l’objet d’une inscription à l’inventaire supplémentaire par arrêté du 29 décembre 1949.