Logo de la Ville de Nice

Fleurs et fruits, Nice

Gouache découpée : Fleurs et fruits, Nice
Gouache découpée :
Fleurs et fruits, Nice
Auteur :
MATISSE, Henri (1869-1954)
Date :
Lieu :
Musée Matisse, Nice
Crédit :
Photo : François Fernandez
© Succession H. Matisse
N° inventaire :
Inv. : 63. 2. 101
Type :
Gouache découpée
Technique :
Papiers gouachés, découpés, collés sur papier Canson blanc, marouflé sur toile
Format :
4,10 x 8,70 m
Domaine :
Beaux-Arts
Catégorie :
Peinture
Période :
XXe siècle

Cette composition en papiers gouachés découpés, créée en 1952-1953, est remarquable par sa taille de plus de huit mètres de long et quatre mètres de hauteur. Elle est la plus grande gouache découpée conservée dans les collections françaises, témoignage exceptionnel de ce qui est considéré comme l’apothéose de son oeuvre. Elle fait partie d’un ensemble de recherches menées par Matisse autour de la commande d’un panneau de céramiques destiné au patio de la villa de Monsieur et Madame Sidney Brody à Los Angeles. Tout comme La Grande décoration aux masques (National Gallery of Art, Washington), Fleurs et fruits correspond à la première idée du projet qui ne sera pas retenue puisque Matisse s’oriente sur un autre motif, celui de La Gerbe (UCLA Art Galleries). De la même manière que les couleurs d’une palette, Matisse dispose de formes découpées dans des papiers gouachés de couleurs vives, qu’il place et déplace au fur et à mesure de son inspiration, sur les murs de son appartement-atelier du Régina à Nice. La composition générale de Fleurs et fruits est symétrique avec deux colonnes cannelées portant un chapiteau, placées à chaque extrémité de l’œuvre, donnant un aspect architectural à l’ensemble. Fleurs et fruits, que Matisse réalise deux ans avant sa disparition, inscrit son art dans une forme d’éternité, comme en témoigne le poète Aragon dans Henri Matisse, roman: « Comme si j’allais faire de la grande composition […]. Comme si j’avais toute la vie devant moi, enfin toute une autre vie […] dans quelque paradis où je ferais des fresques… »

Cette composition en papiers gouachés découpés, créée en 1952-1953, est remarquable par sa taille de plus de huit mètres de long et quatre mètres de hauteur. Elle est la plus grande gouache découpée conservée dans les collections françaises, témoignage exceptionnel de ce qui est considéré comme l’apothéose de son oeuvre. Elle fait partie d’un ensemble de recherches menées par Matisse autour de la commande d’un panneau de céramiques destiné au patio de la villa de Monsieur et Madame Sidney Brody à Los Angeles. Tout comme La Grande décoration aux masques (National Gallery of Art, Washington), Fleurs et fruits correspond à la première idée du projet qui ne sera pas retenue puisque Matisse s’oriente sur un autre motif, celui de La Gerbe (UCLA Art Galleries). De la même manière que les couleurs d’une palette, Matisse dispose de formes découpées dans des papiers gouachés de couleurs vives, qu’il place et déplace au fur et à mesure de son inspiration, sur les murs de son appartement-atelier du Régina à Nice. La composition générale de Fleurs et fruits est symétrique avec deux colonnes cannelées portant un chapiteau, placées à chaque extrémité de l’œuvre, donnant un aspect architectural à l’ensemble. Fleurs et fruits, que Matisse réalise deux ans avant sa disparition, inscrit son art dans une forme d’éternité, comme en témoigne le poète Aragon dans Henri Matisse, roman: « Comme si j’allais faire de la grande composition […]. Comme si j’avais toute la vie devant moi, enfin toute une autre vie […] dans quelque paradis où je ferais des fresques… »