Logo de la Ville de Nice

La Promenade des Anglais avec à l'arrière plan le Casino de la Jetée Promenade et l'hôtel Ruhl

Tableau : La Promenade des Anglais avec à l'arrière plan le Casino de la Jetée Promenade et l'hôtel Ruhl
Tableau :
La Promenade des Anglais avec à l'arrière plan le Casino de la Jetée Promenade et l'hôtel Ruhl
Auteur :
COSTA, Emmanuel (Menton 1833- Nice 1913)
Date :
Lieu :
Villa Masséna, Nice
N° inventaire :
Inv. : MAH.4240
Type :
Tableau
Technique :
Huile sur toile
Format :
H sans cadre 40 cm ; L sans cadre 65 cm ; H avec cadre 50 cm ; L avec cadre 75 cm
Domaine :
Beaux-Arts
Catégorie :
Peinture
Période :
XIXe siècle
Emmanuel Louis Costa naît à Menton, fils de Charles Costa sculpteur, doreur et peintre. Ils exercent à Nice, rue Droite. Vers 1845 il suit à Nice les cours de dessin de l’école Barberi. Il est l'élève du professeur aux Beaux-arts de Paris Paul Delaroche lors des séjours de celui-ci à Nice entre 1849 et 1856. Il étude aussi avec de Gaetano Ferri, peintre d’histoire et professeur à l’Académie Royale de Turin. Il enseigne lui-même par la suite à l’Académie Royale de Turin. En 1853, à seulement 20 ans il se lance dans le monde des expositions, et expose au Salon de la Société des Amis des Arts de Nice. Emmanuel Costa voyage beaucoup à Paris, en Savoie, mais surtout en Italie. C'est lors de l’un de ses multiples séjours à Venise qu'il rencontre sa future femme, une talentueuse pianiste, Louise Vecchi, avec qui il aura treize enfants. Plusieurs de leurs fils travailleront avec lui comme peintres. Dans les années 1850, l'atelier familial d'Emmanuel Costa se situe au 13 quai du Midi, puis se déplace sur l'actuelle Place du palais de 1860 à 1890. Emmanuel Costa, s'il est surtout un peintre paysagiste d’histoire et d’architecture, réalise aussi beaucoup de portraits pour les riches étrangers. La reine Victoria l’aurait invité à la cour d’Angleterre, mais Costa aurait refusé. On doit à Emmanuel Costa une importante œuvre religieuse, à Nice, à l’église des Franciscains du boulevard Carabacel, à l’église du Port et à l’église du couvent des Augustines de la rue Notre-Dame (bâtiment aujourd'hui détruit). Ses œuvres se retrouvent aussi à Lons-le-Saunier, Lyon et même Varsovie. Emmanuel Costa est l’auteur de nombreuses fresques décoratives pour des villas, châteaux et immeubles particuliers, ainsi que pour des bâtiments publics, dont beaucoup ont malheureusement disparu. Il réalise notamment le plafond de la grande salle de l’Opéra de Nice, les plafonds du Cercle de la Méditerranée et du premier Casino de Nice sur la Promenade des Anglais, le plafond de la salle à manger du Grand Hôtel construit par Schmitz au bord du Paillon. Entre 1860 à 1869, il réalise de nombreux décors pour les œuvres lyriques données à l’Opéra de Nice. À Monaco, on lui doit des décorations à l’intérieur du Palais du Gouvernement, et dans la salle à manger de l’Hôtel de Paris.

Emmanuel Louis Costa naît à Menton, fils de Charles Costa sculpteur, doreur et peintre. Ils exercent à Nice, rue Droite. Vers 1845 il suit à Nice les cours de dessin de l’école Barberi. Il est l'élève du professeur aux Beaux-arts de Paris Paul Delaroche lors des séjours de celui-ci à Nice entre 1849 et 1856. Il étude aussi avec de Gaetano Ferri, peintre d’histoire et professeur à l’Académie Royale de Turin. Il enseigne lui-même par la suite à l’Académie Royale de Turin. En 1853, à seulement 20 ans il se lance dans le monde des expositions, et expose au Salon de la Société des Amis des Arts de Nice. Emmanuel Costa voyage beaucoup à Paris, en Savoie, mais surtout en Italie. C'est lors de l’un de ses multiples séjours à Venise qu'il rencontre sa future femme, une talentueuse pianiste, Louise Vecchi, avec qui il aura treize enfants. Plusieurs de leurs fils travailleront avec lui comme peintres. Dans les années 1850, l'atelier familial d'Emmanuel Costa se situe au 13 quai du Midi, puis se déplace sur l'actuelle Place du palais de 1860 à 1890. Emmanuel Costa, s'il est surtout un peintre paysagiste d’histoire et d’architecture, réalise aussi beaucoup de portraits pour les riches étrangers. La reine Victoria l’aurait invité à la cour d’Angleterre, mais Costa aurait refusé. On doit à Emmanuel Costa une importante œuvre religieuse, à Nice, à l’église des Franciscains du boulevard Carabacel, à l’église du Port et à l’église du couvent des Augustines de la rue Notre-Dame (bâtiment aujourd'hui détruit). Ses œuvres se retrouvent aussi à Lons-le-Saunier, Lyon et même Varsovie. Emmanuel Costa est l’auteur de nombreuses fresques décoratives pour des villas, châteaux et immeubles particuliers, ainsi que pour des bâtiments publics, dont beaucoup ont malheureusement disparu. Il réalise notamment le plafond de la grande salle de l’Opéra de Nice, les plafonds du Cercle de la Méditerranée et du premier Casino de Nice sur la Promenade des Anglais, le plafond de la salle à manger du Grand Hôtel construit par Schmitz au bord du Paillon. Entre 1860 à 1869, il réalise de nombreux décors pour les œuvres lyriques données à l’Opéra de Nice. À Monaco, on lui doit des décorations à l’intérieur du Palais du Gouvernement, et dans la salle à manger de l’Hôtel de Paris.