Logo de la Ville de Nice

Le saut du Doubs

Tableau : Le saut du Doubs
Tableau :
Le saut du Doubs
Auteur :
COURBET, Gustave (Ornans (France), 1819 – La Tour de Peilz (Suisse), 1877)
Date :
Lieu :
Musée des Beaux-Arts Jules-Chéret, Nice
N° inventaire :
Inv. : N.Mba 312
Acquisition :
Don de M. Fabre en 1885
Type :
Tableau
Technique :
Huile sur toile
Format :
92,5 x 73,5 cm
Domaine :
Beaux-Arts
Catégorie :
Peinture
Période :
XIXe siècle

Dès 1850, Gustave Courbet devient l’un des peintres les plus célèbres d’un nouveau courant artistique : le Réalisme. Il se détache clairement du romantisme qu’il considère comme trop sensible et s’attache à rendre compte d’une réalité mettant en scène l’être humain. En concurrence avec la photographie inventée dans le premier tiers du XIXe siècle, Gustave Courbet entend renouveler l’idée d’une vérité tangible au détriment de toutes notions esthétiques. Gustave Courbet est influencé par Auguste Comte, philosophe et fondateur du positivisme qui réaffirme que « ne sont vrais que les phénomènes vérifiables ». Le saut du Doubs, non loin d’Ornans, ville natale du peintre, est une œuvre audacieuse. Dans sa palette chromatique, Courbet nous propose un noir profond mais aussi un bleu électrique qui révolutionne la peinture. Sa technique est aussi innovante que le geste est franc.

Dès 1850, Gustave Courbet devient l’un des peintres les plus célèbres d’un nouveau courant artistique : le Réalisme. Il se détache clairement du romantisme qu’il considère comme trop sensible et s’attache à rendre compte d’une réalité mettant en scène l’être humain. En concurrence avec la photographie inventée dans le premier tiers du XIXe siècle, Gustave Courbet entend renouveler l’idée d’une vérité tangible au détriment de toutes notions esthétiques. Gustave Courbet est influencé par Auguste Comte, philosophe et fondateur du positivisme qui réaffirme que « ne sont vrais que les phénomènes vérifiables ». Le saut du Doubs, non loin d’Ornans, ville natale du peintre, est une œuvre audacieuse. Dans sa palette chromatique, Courbet nous propose un noir profond mais aussi un bleu électrique qui révolutionne la peinture. Sa technique est aussi innovante que le geste est franc.