Logo de la Ville de Nice

Lycée Masséna. Vue d'ensemble depuis la tour Saint-François

Photographie d'architecture : Lycée Masséna. Vue d'ensemble depuis la tour Saint-François
Photographie d'architecture :
Lycée Masséna. Vue d'ensemble depuis la tour Saint-François
Auteur :
EBRARD, Henri. Architecte
Date :
Lieu :
Service du Patrimoine historique de la ville de Nice
Crédit :
Photographie Ville de Nice, Viglietti, mai 2013
Type :
Photographie d'architecture

Face à la croissance de la population niçoise au XIXe siècle, le lycée de Nice est saturé et il faut procéder à une restructuration complète de l’édifice. C’est l’architecte Henri Ebrard, à qui on doit également plusieurs immeubles de la rue Paradis à Marseille et surtout l’Opéra municipal de Marseille (1924), qui est chargé de mener les travaux, à partir de 1909. Travaux tinanesques, interrompus par la première guerre mondiale, pour être achevés en 1931 et qui aboutissent à cette réalisation architecturale hors du commun, dans le respect du plan régulateur de la ville (ancien faubourg Saint-Jean-Baptiste), le long du Paillon. Ebrard a donné à Nice le monument qui faisait défaut à la ville neuve, en rive droite du fleuve, face aux multiples clochers de la Vieille-Ville.

Protection au titre des monuments historiques : inscription par arrêté du 15 mars 2016, classement par arrêté du 22 mars 2017 pour sa valeur architecturale unique.

Face à la croissance de la population niçoise au XIXe siècle, le lycée de Nice est saturé et il faut procéder à une restructuration complète de l’édifice. C’est l’architecte Henri Ebrard, à qui on doit également plusieurs immeubles de la rue Paradis à Marseille et surtout l’Opéra municipal de Marseille (1924), qui est chargé de mener les travaux, à partir de 1909. Travaux tinanesques, interrompus par la première guerre mondiale, pour être achevés en 1931 et qui aboutissent à cette réalisation architecturale hors du commun, dans le respect du plan régulateur de la ville (ancien faubourg Saint-Jean-Baptiste), le long du Paillon. Ebrard a donné à Nice le monument qui faisait défaut à la ville neuve, en rive droite du fleuve, face aux multiples clochers de la Vieille-Ville.

Protection au titre des monuments historiques : inscription par arrêté du 15 mars 2016, classement par arrêté du 22 mars 2017 pour sa valeur architecturale unique.