Logo de la Ville de Nice

Manteau de Cour

Textile : Manteau de Cour
Textile :
Manteau de Cour
Auteur :
Anonyme
Date :
Lieu :
Villa Masséna, Nice
N° inventaire :
Inv. : MAH 3927
Type :
Textile
Technique :
Soie, broderie à fils d’or et d’argent
Format :
L. 242 cm
Domaine :
Beaux-Arts
Catégorie :
Objets
Période :
Révolution et Empire
D’après une tradition orale, l’impératrice Joséphine aurait porté ce manteau de cour lors de la cérémonie du couronnement de Napoléon Ier roi d’Italie dans la cathédrale Saint Ambroise (le Dôme) de Milan le 26 mai 1805. Il aurait fait partie des collections de son fils Eugène de Beauharnais (1781-1824), nommé à cette date vice-roi d’Italie, et légué à sa plus jeune fille, Théodolinde de Leuchtenberg (1814-1857) qui, par son mariage avec Frédéric de Wurtemberg (1810-1869), vivait à Stuttgart. Après la mort de Théodolinde en 1857, le manteau fut acquis par Madame Keller, antiquaire, lors d’une vente où fut mise aux enchères vers 1860 une partie de la collection du Prince Eugène. Quelques années plus tard, son fils, Ferdinand Keller, vendit le manteau à un couple d’américains, M. et Mme Alfred D. Pardee, qui l’offrirent en 1934 au Musée Masséna en vue d’enrichir les collections napoléoniennes.

D’après une tradition orale, l’impératrice Joséphine aurait porté ce manteau de cour lors de la cérémonie du couronnement de Napoléon Ier roi d’Italie dans la cathédrale Saint Ambroise (le Dôme) de Milan le 26 mai 1805. Il aurait fait partie des collections de son fils Eugène de Beauharnais (1781-1824), nommé à cette date vice-roi d’Italie, et légué à sa plus jeune fille, Théodolinde de Leuchtenberg (1814-1857) qui, par son mariage avec Frédéric de Wurtemberg (1810-1869), vivait à Stuttgart. Après la mort de Théodolinde en 1857, le manteau fut acquis par Madame Keller, antiquaire, lors d’une vente où fut mise aux enchères vers 1860 une partie de la collection du Prince Eugène. Quelques années plus tard, son fils, Ferdinand Keller, vendit le manteau à un couple d’américains, M. et Mme Alfred D. Pardee, qui l’offrirent en 1934 au Musée Masséna en vue d’enrichir les collections napoléoniennes.