Logo de la Ville de Nice

Palais de la Méditerranée. Façade vue de l'est

Photographie d'architecture : Palais de la Méditerranée. Façade vue de l'est
Photographie d'architecture :
Palais de la Méditerranée. Façade vue de l'est
Auteur :
DALMAS, Charles (1863-1938). Architecte \ DALMAS, Marcel (1892-1950). Architecte
Date :
Lieu :
Service du Patrimoine historique de la ville de Nice
Crédit :
Photographie Ville de Nice
Type :
Photographie d'architecture
Domaine :
Patrimoine bâti
Catégorie :
Vues actuelles
Période :
XXe siècle
Le « palais de la Méditerranée » est un casino construit en 1928 par Charles Dalmas et son fils Marcel pour le milliardaire américain Frank-Jay Gould (1877-1956) qui a déjà investi à Granville et Bagnoles-de-l’Orne et vient de faire édifier à Juan-les-Pins l’hôtel « Le Provençal » et un casino d’été. Inauguré le 10 janvier 1929, l’édifice est un beau témoignage de l’Art déco niçois. Après la mise en liquidation judiciaire de la société d'exploitation est en 1978, le décor, le mobilier et les vitraux ont été vendus aux enchères le casino entièrement démoli en mai 1990, à l'exception de deux de ses façades en vue de la construction d'un complexe comprenant salles de congrès, casinos, hôtel et bureaux. On doit le programme décoratif de la façade (chevaux-marins et figures féminines) au sculpteur mentonnais Antoine Sartorio (1885-1988). L’inauguration du Palais marque à la fois l’américanisation de la Côte d’Azur et le basculement de Nice vers un tourisme estival. Protection au titre des monuments historiques : façade principale, promenade des Anglais et façade en retour sur la rue du Congrès classées par arrêté du 18 août 1989

Le « palais de la Méditerranée » est un casino construit en 1928 par Charles Dalmas et son fils Marcel pour le milliardaire américain Frank-Jay Gould (1877-1956) qui a déjà investi à Granville et Bagnoles-de-l’Orne et vient de faire édifier à Juan-les-Pins l’hôtel « Le Provençal » et un casino d’été. Inauguré le 10 janvier 1929, l’édifice est un beau témoignage de l’Art déco niçois. Après la mise en liquidation judiciaire de la société d'exploitation est en 1978, le décor, le mobilier et les vitraux ont été vendus aux enchères le casino entièrement démoli en mai 1990, à l'exception de deux de ses façades en vue de la construction d'un complexe comprenant salles de congrès, casinos, hôtel et bureaux. On doit le programme décoratif de la façade (chevaux-marins et figures féminines) au sculpteur mentonnais Antoine Sartorio (1885-1988). L’inauguration du Palais marque à la fois l’américanisation de la Côte d’Azur et le basculement de Nice vers un tourisme estival. Protection au titre des monuments historiques : façade principale, promenade des Anglais et façade en retour sur la rue du Congrès classées par arrêté du 18 août 1989