Logo de la Ville de Nice

Portrait de Frumence Biche en civil

Tableau : Portrait de Frumence Biche en civil
Tableau :
Portrait de Frumence Biche en civil
Auteur :
ROUSSEAU, Henri dit le Douanier Rousseau (France, 1844-1910)
Date :
Lieu :
Musée international d'art naïf Anatole Jakowsky
N° inventaire :
Inv. : N.Man.02.P0720
Type :
Tableau
Technique :
Huile sur toile
Format :
46 x 38 cm
Domaine :
Beaux-Arts
Catégorie :
Peinture
Période :
XIXe siècle

Acquis par la Ville de Nice en 2002 avec préemption de l’Etat, ce Portrait de Frumence Biche en civil marque une étape importante dans le travail d’Henri Rousseau à l’instar du portrait de Pierre Loti qui lui, est exactement contemporain. On remarquera un décalage des épaules, une asymétrie du visage… on reconnait deux visages en un seul. En effet, la figure a été peinte simultanément de face et de trois-quarts. Henri Rousseau était en train d’inaugurer une vision à points de vue multiples, ce que Picasso retiendra pour sa leçon du Cubisme en 1907. En effet, Rousseau ne cherche pas ici à faire un portrait « trait pour trait » ! Il veut immortaliser une figure dans le temps et dans l’espace, comme si elle pouvait être vue de plusieurs points de vue ensemble et à des moments différents. Il renouvellera cette expérience à la même année avec le Portrait de Pierre Loti conservé au Kunsthaus de Zurich. L’austérité de Frumence Biche masque à peine ses aspirations de peintre moderne comme il s’entendait à le dire lui-même à Picasso en lui signifiant : « Nous sommes les deux plus grands maîtres de notre temps, toi dans le genre archaïque et moi dans le genre moderne. »

Acquis par la Ville de Nice en 2002 avec préemption de l’Etat, ce Portrait de Frumence Biche en civil marque une étape importante dans le travail d’Henri Rousseau à l’instar du portrait de Pierre Loti qui lui, est exactement contemporain. On remarquera un décalage des épaules, une asymétrie du visage… on reconnait deux visages en un seul. En effet, la figure a été peinte simultanément de face et de trois-quarts. Henri Rousseau était en train d’inaugurer une vision à points de vue multiples, ce que Picasso retiendra pour sa leçon du Cubisme en 1907. En effet, Rousseau ne cherche pas ici à faire un portrait « trait pour trait » ! Il veut immortaliser une figure dans le temps et dans l’espace, comme si elle pouvait être vue de plusieurs points de vue ensemble et à des moments différents. Il renouvellera cette expérience à la même année avec le Portrait de Pierre Loti conservé au Kunsthaus de Zurich. L’austérité de Frumence Biche masque à peine ses aspirations de peintre moderne comme il s’entendait à le dire lui-même à Picasso en lui signifiant : « Nous sommes les deux plus grands maîtres de notre temps, toi dans le genre archaïque et moi dans le genre moderne. »