Logo de la Ville de Nice

Still Life # 56

Tableau : Still Life # 56
Tableau :
Still Life # 56
Auteur :
WESSELMANN, Tom (Cincinnati (États-Unis), 1931-New York (États-Unis), 2004)
Date :
Lieu :
Musée d'art moderne et contemporain, MAMAC, Nice
Crédit :
© Adagp, Paris
N° inventaire :
Inv. : 988. 15. 2
Acquisition :
Achat en vente publique à Sotheby's en 1988 (le 5 mai 1988)
Type :
Tableau
Technique :
Huile sur toile
Format :
1 élément (téléphone) : 110 x 180 x 55 cm ; 1 élément (cendrier et cigarette) : 240 x 160 x 45 cm ; 1 élément (panneau) : 115 x 75 x 10 cm
Domaine :
Beaux-Arts
Catégorie :
Peinture
Période :
XXe siècle

En 1967, Tom Wesselmann entame l’exploration de ce qu’il nomme les tableaux dressés en plans découpés. Ce sont des natures mortes composées de plusieurs plans successifs et posées à même le sol. La technique est à la fois celle du trompe-l’œil peint à l’huile sur toile, et celle du "Shaped Canvas", car la toile est découpée selon la forme de l’objet représenté puis tendue sur châssis de bois. Les parties du Still Life sont différenciées et correspondent à une succession de plans indépendants les uns des autres, créant la perception d’un volume et d’une perspective. Still life # 56 met en scène des objets triviaux comme un cendrier noir dans lequel fume une cigarette qu’on vient d’allumer et qui produit une fumée dense, un commutateur électrique censé être au mur et un téléphone. Tom Wesselmann atteint dans cette série ce qui est le plus caractéristique dans ses natures mortes : il revient strictement à la peinture seule puisque celle-ci n’est plus soumise à l’hégémonie de l’objet, et par ailleurs, la composition en plans successifs permet des confrontations subtiles et imaginatives.

En 1967, Tom Wesselmann entame l’exploration de ce qu’il nomme les tableaux dressés en plans découpés. Ce sont des natures mortes composées de plusieurs plans successifs et posées à même le sol. La technique est à la fois celle du trompe-l’œil peint à l’huile sur toile, et celle du "Shaped Canvas", car la toile est découpée selon la forme de l’objet représenté puis tendue sur châssis de bois. Les parties du Still Life sont différenciées et correspondent à une succession de plans indépendants les uns des autres, créant la perception d’un volume et d’une perspective. Still life # 56 met en scène des objets triviaux comme un cendrier noir dans lequel fume une cigarette qu’on vient d’allumer et qui produit une fumée dense, un commutateur électrique censé être au mur et un téléphone. Tom Wesselmann atteint dans cette série ce qui est le plus caractéristique dans ses natures mortes : il revient strictement à la peinture seule puisque celle-ci n’est plus soumise à l’hégémonie de l’objet, et par ailleurs, la composition en plans successifs permet des confrontations subtiles et imaginatives.