Logo de la Ville de Nice

Transports aeriens Maïcon

Affiche : Transports aeriens Maïcon
Affiche :
Transports aeriens Maïcon
Auteur :
JAN, Georges. Dessinateur
Date :
Lieu :
Bibliothèque municipale à vocation régionale, Nice
N° inventaire :
AFF.842
Type :
Affiche
Domaine :
Archives et vie quotidienne
Catégorie :
Vie sociale
Période :
XXe siècle

En mars 1912 l'aviateur Maicon installe sur le terrain de la Californie un aéro-club resté en service jusqu'en 1939. L'idée de l'édification d'un aérodrome conforme aux possibilités de la Ville de Nice prend corps dès 1934, mais son assiette était alors soumise à la préservation de l'hippodrome et des terrains de cultures maraîchères. Une vaste emprise sur la mer est envisagée mais les études restent en sommeil. En 1944, le Génie américain trace sur ces terres une piste Nord-Est-Sud-Ouest, afin de permettre l'envol des avions de reconnaissance et des bombardiers légers. Après guerre, le quartier de l'Arénas a été complètement rasé par les bombardements qui ont détruit le pont sur le Var ; le champ de courses n'existe plus, les cultures maraîchères ont disparu. En 1945, le Conseil général décide donc la construction d'un aéroport dont la piste aura 2 100 m, acceptant le déplacement de l'hippodrome vers Cagnes-sur-Mer. Il fonde à Nice une compagnie aérienne qui assure la desserte des principales villes de la Côte-d'azur, dont cette affiche publicitaire est le reflet.

En mars 1912 l'aviateur Maicon installe sur le terrain de la Californie un aéro-club resté en service jusqu'en 1939. L'idée de l'édification d'un aérodrome conforme aux possibilités de la Ville de Nice prend corps dès 1934, mais son assiette était alors soumise à la préservation de l'hippodrome et des terrains de cultures maraîchères. Une vaste emprise sur la mer est envisagée mais les études restent en sommeil. En 1944, le Génie américain trace sur ces terres une piste Nord-Est-Sud-Ouest, afin de permettre l'envol des avions de reconnaissance et des bombardiers légers. Après guerre, le quartier de l'Arénas a été complètement rasé par les bombardements qui ont détruit le pont sur le Var ; le champ de courses n'existe plus, les cultures maraîchères ont disparu. En 1945, le Conseil général décide donc la construction d'un aéroport dont la piste aura 2 100 m, acceptant le déplacement de l'hippodrome vers Cagnes-sur-Mer. Il fonde à Nice une compagnie aérienne qui assure la desserte des principales villes de la Côte-d'azur, dont cette affiche publicitaire est le reflet.