Logo de la Ville de Nice

Villa Les Palmiers. Façade sud

Photographie d'architecture : Villa Les Palmiers. Façade sud
Photographie d'architecture :
Villa Les Palmiers. Façade sud
Auteur :
BIASINI, Sébastien Marcel (1841-1913). Architecte
Date :
Lieu :
Service du Patrimoine historique de la ville de Nice
Crédit :
Photographie Ville de Nice, Lorraine Rivain, avril 2016
Type :
Photographie d'architecture
Domaine :
Patrimoine bâti
Catégorie :
Vues actuelles
Période :
XIXe siècle
La villa les Palmiers, surnommée palais de Marbre, est une imposante demeure de Nice datant du XIXe siècle. Vers 1840, le propriétaire des lieux, le banquier niçois Honoré Gastaud, décide d'entourer son habitation traditionnelle par un environnement végétal exotique dont une partie des plantations et des aménagements perdurent encore aujourd’hui. Ce n'est que lors de son acquisition au banquier en faillite en 1871, que le britannique Ernest Gambart confie à l'architecte Sébastien-Marcel Biasini le soin de construire sur ce parc une somptueuse demeure dans un style à l'italienne, qui servirait de lieu de réception et de galerie d'expositions. L’édifice que dessine Biasini est entièrement recouvert de marbre de Carrare, d’où son surnom actuel. Après avoir subi diverses modifications par les deux propriétaires (Falz-Fein puis Soulas) qui se sont succédés durant la première moitié du XXe siècle, l’ensemble du parc est vendu en 1956 à une société immobilière qui le transforme en un ensemble de deux immeubles d'habitation dénommé « Les Grands Cèdres ». Une part du parc est tout de même préservée et, en 1960, le palais est cédé à la Ville qui y installe le service des archives municipales en 1963. Les décors intérieurs assez bien conservés, les rares dans cet état à Nice, reflètent le goût italianisant du commanditaire et l’amour pour le « style Pompadour » du dernier propriétaire. Protection au titre des monuments historiques : inscription par arrêté du 23 juin 1993 de l’ancienne villa Les Palmiers en totalité avec ses décors intérieurs ; ensemble du parc et des jardins, y compris les falaises artificielles, grottes et rocailles, les bassins, les fabriques et dépendances, la statuaire et éléments de décor, mais à l'exclusion des immeubles d'habitation des années 1950.

La villa les Palmiers, surnommée palais de Marbre, est une imposante demeure de Nice datant du XIXe siècle. Vers 1840, le propriétaire des lieux, le banquier niçois Honoré Gastaud, décide d'entourer son habitation traditionnelle par un environnement végétal exotique dont une partie des plantations et des aménagements perdurent encore aujourd’hui. Ce n'est que lors de son acquisition au banquier en faillite en 1871, que le britannique Ernest Gambart confie à l'architecte Sébastien-Marcel Biasini le soin de construire sur ce parc une somptueuse demeure dans un style à l'italienne, qui servirait de lieu de réception et de galerie d'expositions. L’édifice que dessine Biasini est entièrement recouvert de marbre de Carrare, d’où son surnom actuel. Après avoir subi diverses modifications par les deux propriétaires (Falz-Fein puis Soulas) qui se sont succédés durant la première moitié du XXe siècle, l’ensemble du parc est vendu en 1956 à une société immobilière qui le transforme en un ensemble de deux immeubles d'habitation dénommé « Les Grands Cèdres ». Une part du parc est tout de même préservée et, en 1960, le palais est cédé à la Ville qui y installe le service des archives municipales en 1963. Les décors intérieurs assez bien conservés, les rares dans cet état à Nice, reflètent le goût italianisant du commanditaire et l’amour pour le « style Pompadour » du dernier propriétaire. Protection au titre des monuments historiques : inscription par arrêté du 23 juin 1993 de l’ancienne villa Les Palmiers en totalité avec ses décors intérieurs ; ensemble du parc et des jardins, y compris les falaises artificielles, grottes et rocailles, les bassins, les fabriques et dépendances, la statuaire et éléments de décor, mais à l'exclusion des immeubles d'habitation des années 1950.